Ussy sur Marne, le pâtis

Ussy sur Marne, le pâtis

jeudi 6 juin 2019

DÉDUCTION FISCALE des dons et adhésions perçus




Le Président de L’ASU, Jean Paul Guillaumet

ainsi que le Bureau

sont heureux de vous annoncer

que la Direction Départementale des Finances Publiques

de Seine-et-Marne a émis un



AVIS FAVORABLE pour la DÉDUCTION FISCALE

des dons perçus

par l’Association pour la Sauvegarde d’Ussy


Désormais vos dons/cotisations vous permettront de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu
égale à 66 % de leur montant

Superbe reconnaissance de la qualité du travail
et du désintéressement fourni par l’ASU
depuis de nombreuses années
  

Rappelons les actions menées par l’Association
-         Sauvegarde et mise en valeur du patrimoine architectural et culturel et environnemental,
-         Recherches sur le patrimoine et les hommes illustres ayant séjourné à Ussy,
-         Diffusion d’informations sur un blog ouvert à tous,
-         Édition de textes dans la presse et de brochures,
-         Participation aux instances locales concernant l’aménagement du territoire, (PNR) et les Offices de Tourisme,
-         Création de chemins à thèmes (Promenade sur les pas du peintre Henri Hayden, Chemin européen de Saint Colomban),
-         Organisation de portes ouvertes et de visites guidées

N’hésitez pas à nous soutenir
dans nos actions
par votre adhésion et vos dons
   un don de 30 € ne vous coûte que 10 €

mardi 4 juin 2019

Vente aux enchères

Très rare ! Un tableau cubiste de  Henri Hayden
à vendre aux enchères

Henri Hayden (1883-1970), Bretonne, 1920, huile sur toile, 109 x 49,5 cm

"Cette  magnifique huile sur toile  de la période cubiste (1920) de HENRI HAYDEN  intitulée "Bretonne" a été acquise lors d'une vente aux enchères au Danemark pour le prix de 261 000 euros hors frais, le 3 Juin 2019 "    
source :  Niels Boe-Hauggaard  Specialist, M.A.
Modern Paintings, Drawings, Sculptures and Prints

  Du cubisme pur, fusionnant symphonies des formes et des couleurs, dans un espace aux perspectives multiples… Voilà le riche dispositif que propose Henri Hayden dans ce portrait d’une Bretonne.
Il s’agit de l’une des rares peintures cubistes de l’artiste franco-polonais à apparaître en ventes publiques – il adhéra au courant dans une période relativement courte, de 1915 à 1922.
La palette progresse d’un ton à l’autre, les verts vifs réchauffant la froideur des bleus tout en répondant aux aplats marron et aux quelques accents de pourpre. Chaque élément se décale en rythme, chevauche et s’entrelace. Autant de caractéristiques qui rapprochent cette toile des Trois musiciens du même Hayden, œuvre de 1919-1920 aujourd’hui conservée au Centre Pompidou.
Ici, le sujet de la Bretonne pourrait être interprété comme un clin d’œil à l’une de ses premières sources d’inspiration : l’art de Paul Gauguin. Le peintre s’inscrit d’ailleurs dans le sillage du maître de Pont-Aven en séjournant plusieurs étés en Bretagne.
Dès 1907, Hayden quitte sa Pologne natale pour se fondre dans le bouillonnant creuset culturel parisien. D’abord absorbé par le synthétisme de Gauguin, il se laisse finalement inspirer par les compositions de Paul Cézanne. Par l’intermédiaire de son ami Juan Gris, il rencontre son futur marchand, Léonce Rosenberg, avec lequel il se lie par contrat en 1915. 
On ignore si cette peinture a transité par celui-ci. En revanche, il est certain que c’est dans la galerie Marlborough à Londres, sur Old Bond Street, que Charles William Fearnley France (1897-1972) l’acquiert à une date inconnue, avant de la transmettre à sa descendance jusqu’à ce jour. En s’installant au Danemark, le collectionneur anglais met à profit ses talents d’entrepreneur textile pour fonder une usine de matelas, qu’il transforme après la Seconde Guerre mondiale en un atelier de mobilier, appelé «France & Daverkosen» puis «France & Son». L’immense succès de son entreprise réside dans ses meubles livrés en kit et dans sa capacité à combiner art et artisanat. Dans sa boutique, il mettait ses créations en scène dans des intérieurs ornés de tableaux modernes, parmi lesquels a figuré cette Bretonne. 

Art d'Asie, tableaux, mobilier et objets d'art
lundi 03 juin 2019 - 16:00
Copenhague - 33, Bredgade - DK-1260
Bruun Rasmussen Auctioneers

jeudi 7 mars 2019

USSY : quelle est l’origine de ce nom ?

Dans la vie de saint Agile (VIIème siècle) USSY est écrit Ulciacus, dans celle de Saint Colomban (VIIème siècle) Vulciacum, et dans un cartulaire du Chapitre de Meaux de 1250, ainsi que dans le rôle d’un fief de la même époque : Ulciacum. Ailleurs, on trouve également Ulciacus, Vulciacus, et,  plus tard,  Hucy, Ducy, Ucy aujourd’hui USSY.

Ulciacus serait composé du suffixe celtique –acus- accolé à un nom d’homme de l’Antiquité romaine terminé en ius : Ulcius ou Vulcius.
Ces noms dérivés du romain et du celtique « auraient pour origine des (territoires) auxquels auraient été donnés les noms de leurs propriétaires primitifs et représenteraient la première appropriation individuelle du sol de la Gaule »
« les noms terminés ainsi par le suffixe acus sont si nombreux qu’on a pu les évaluer à environ un vingtième du nombre total des noms des lieux habités en Gaule.


Recherche Paule Savane – sources (1) : dictionnaire topographique du département de Seine et Marne par Henri STEIN revu par Jean HUBERT, Paris I.N. (1946) – (2) : Manuel de Diplomatique, A. GIRY Librairie Hachette &Cie, paris (1894).
Certifié JJGauny – 2019



jeudi 31 janvier 2019

Ussy sur Marne par les sentes et les ruelles


Pour le printemps, l'ASU vous propose ce circuit par les sentes et les ruelles. Suivez ce labyrinthe avec vos enfants, petits-enfants ou amis à la découverte de vues insolites et mystérieuses de notre village !